Déconfinement progressif : comment se protéger ?

Avec le déconfinement progressif entamé depuis le 11 mai dernier, la vie quotidienne est en train de reprendre son cours normal, du moins pour ceux qui peuvent sortir. Cependant, il ne faut pas se fourvoyer parce que le virus est encore dans la nature et dans les salives des contaminés. Il va encore falloir vivre avec ce satané virus pendant un temps indéterminé, alors autant redoubler de vigilance. Comment alors vous protéger pendant le déconfinement ?

Faire le bon choix du masque

Pour faire face au déconfinement, il faut protéger correctement la voie respiratoire et la bouche. A part ne pas sortir de chez soi, pour être sûr de ne pas attraper le virus, il faut porter un masque. D’ailleurs le port de masque est obligatoire, mais quel type de masque doit-on réellement porter ?

Le masque chirurgical ou masque antiprojection est seulement recommandé pour les personnes contaminées symptomatiques. Cela afin d’éviter que ces personnes malades ne diffusent la maladie dans l’air par l’intermédiaire de postillons. Ces masques chirurgicaux sont donc généralement utilisés en milieu hospitalier seulement. Et encore, pour les professionnels de santé qui sont en contact direct avec les malades, l’équipement de protection est encore plus spécifique. Pour le grand public, d’autres catégories de masques sont prévues lors de crise sanitaire comme celle causée par le covid-19.

Le masque de protection

Les masques types FFP2 et FFP3 sont des masques de protection respiratoire. S’ils ont été conseillés seulement pour le personnel médical, force est de constater que tout le monde en a besoin vu la virulence de ce virus du covid-19. Le masque FFP1 est conçu pour filtrer les poussières seulement.

Les masques FFP2 sont conçus avec plusieurs couches protectrices de façon à filtrer près de 94% des particules présentes dans l’air que nous respirons. Le masque FFP2 est l’idéal pour vous protéger si vous habitez dans les zones rouges définies par la carte de décontamination actuelle où le risque de contamination est encore très important.

Pour ce qui est du masque FFP3, c’est ce qui se fait de mieux en termes de protection contre les particules fines. Les masques de cette classe peuvent filtrer jusqu’à 98% de ces particules. Par contre, il faut prendre en compte le fait qu’à cause de la valve d’expiration présente sur ce type de masque, le porteur est protégé mais pas son interlocuteur.

Le masque grand public en tissu

Ces masques sont en textile et leur plus grand avantage c’est d’être lavables. Contrairement aux masques antiprojections et FFP qui ne s’utilisent qu’une seule fois, il suffit de bien laver ce type de masque pour pouvoir le réutiliser. Les masques grand public sont homologués, il faut faire attention à ne pas se tromper. Pour ce qui est des masques fait-maison, leur efficacité exacte n’est pas encore prouvée, mais c’est toujours mieux que rien.

Ne pas oublier les gestes barrières

Après deux longs mois de confinement total, beaucoup de gens auront oublié ce qu’implique la possibilité de ressortir de chez soi. Cela veut dire, que vous allez entrer en contact avec plus de gens que d’habitude, surtout au travail. La règle du 1 m de distanciation sociale est toujours de mise. Il ne faut jamais toucher son masque avec les doigts et surtout, il faut se laver les mains aussi souvent que possible. Dans la mesure du possible, toujours avoir avec soi du gel désinfectant pour se nettoyer les mains mais également vos affaires.